Le post-rateau : pourquoi Céline Dion ne nous aide pas.

“ En amour
Comme en France en boheme ou en Chine
On a plein de forets de jardins devant nous
En amour
Comme dans un avion qui dessine
Un grand coeur tout autour de nous “ ♫♫♫

Céline, lâche-nous la grappe, la dernière chose dont on a besoin : c’est toi. Quand tout va bien on a pas la moindre envie de t’écouter, et quand tout va mal tu nous mets au fond du trou, alors qu’on croyait même qu’on pouvait pas creuser plus bas. Y en a marre bordel. INSURRECTION.

Sinon… Comment survivre à la période post-rateau. À Batarde, on a une définition du râteau assez large : ça part de la déclaration d’amour sans retour, au type qu’on a vu quelques fois et avec qui on a cru que ça se passait bien et qu’en fait non. Ça, c’est pour l’explication, parce que les circonstances sont différentes, mais le sentiment est le même : la vexation.

Oui vous êtes vexée. Vous ne voulez pas l’admettre, on le sait… Mais si si, vous êtes vexée. Et d’ailleurs, dans la plupart des cas, vous êtes JUSTE vexée. Vous saviez que c’était une mauvaise idée, vous saviez que ce type n’était pas pour vous, vous saviez que c’était voué à l’échec mais seulement : vous auriez voulu que se soit vous qui disiez non/stop.

Parce que vous êtes une petite égoïste à la prétention mal placée.

Mais dans le fond, c’est plutôt une bonne nouvelle, parce que cela prouve que vous avez suffisamment confiance en vous pour vous sentir vexée.

Et votre confiance en vous, c’est ce qui vous permettra de séduire le futur homme qui vous permettra d’oublier ce gros nul.

Alors arrêtez Céline, et souriez.

Big up